zéro déchet
Beauté,  Green Lifestyle,  Zéro Déchet

14 gestes zéro déchet à adopter facilement au quotidien

Aujourd’hui, je vous propose un article un peu particulier car avec plusieurs blogueuses engagées pour l’environnement, nous avons lancé un carnaval d’articles sur le thème du zéro déchet. Le but est de sensibiliser un maximum de personnes à l’écologie, et c’est en unissant nos différents univers qu’on a choisi d’agir en vous questionnant sur les thèmes du quotidien.

Tous les liens des articles du challenge sont en bas de page 🙂

Nous avons donc toutes écrit un article sur le thème du zéro déchet dans lequel on vous présente des solutions afin de réduire votre empreinte. Personne n’est parfait, et aucune d’entre nous ne l’est non plus ! Pourtant, certaines alternatives sont simples à mettre en place mais demeurent méconnues ! Parcourez nos articles, donnez-nous vos retours, partagez l’initiative autour de vous, tout cela contribuera à la circulation de nos articles. En nous unissant toutes les 16, nous espérons porter nos idées plus loin, et parler à des personnes qui sont peu ou pas sensibilisées sur ces thématiques 🙂

Vous souhaitez participer vous aussi ? RDV sur les réseaux sociaux, et partagez vos meilleures astuces écolo avec le hashtag #lesspollutionchallenge, nous les repartagerons avec plaisir pour nous inspirer collectivement ! 🙂

Le zéro déchet absolu n’existe pas, mais on peut tout de même faire des efforts pour alléger sa poubelle !

Vous avez envie de réduire vos déchets mais vous ne savez pas par où commencer ? Cet article vous propose 14 gestes faciles à mettre en place et peu contraignants au regard des déchets évités 🙂

1/ Boire l’eau du robinet

Si vous achetez des bouteilles en plastique, les supprimer de votre consommation réduira beaucoup votre poubelle 🙂

A l’extérieur, c’est assez simple de supprimer l’achat de bouteilles plastiques en adoptant la gourde, en inox de préférence pour sa durabilité et parce que c’est une matière qui ne transfère pas de substances chimiques dans le contenu. Le thermos est aussi une bonne alternative pour les buveurs de café ou de thé, les cafétérias des entreprises les acceptent souvent, et on peut tout à fait demander au Starbucks ou au café du coin de remplir sa propre tasse 🙂

gourde en inox Qwetch

L’eau chez vous a un drôle de goût ? Il y a des filtres naturels qui améliorent le goût et neutralisent certaines particules chimiques et permettent de boire l’eau de robinet : le charbon binchotan ou les perles de céramiques. Il suffit de les laisser agir dans l’eau d’une carafe pour se réconcilier avec l’eau du robinet 🙂

Les carafes Brita font également une très bonne alternative aux bouteilles en plastique !

Le premier geste zéro déchet très simple à mettre en place, c’est bien celui-là 🙂

2/ Remplacer les cotons jetables par des lingettes démaquillantes lavables

Vous utilisez des disques en coton tous les jours ou presque ? Et si ces déchets récurrents disparaissaient tout en vous permettant de gagner en confort au moment du démaquillage ?

Les lingettes démaquillantes lavables sont une solution idéale si vous choisissez bien la matière ! Pour en avoir testé plusieurs modèles, je peux vous assurer que la transition sera plus douce avec une matière durable, qui ne devient pas rêche au fil des lavages 🙂

Les lingettes en velours de bambou sont certainement les plus douces que j’ai pu testé, et celles proposées par Papa Poule Mama Cool sont celles qui tiennent le mieux dans le temps et qui sont suffisamment épaisses pour une bonne tenue en main. Les lingettes démaquillantes en polaire sont également une matière très douce pour les yeux, certaines couturières en fabriquent à partir de matériaux recyclés. D’ailleurs, vous avez peut-être près de chez vous une couturière débutante ou aguerrie qui confectionne ce genre d’accessoires ! De nombreuses amatrices ou professionnelles proposent aujourd’hui des alternatives aux disques démaquillants jetables et en plus de réduire ses déchets, on peut aussi faire marcher le tissu local 🙂

Les lingettes démaquillantes lavables constitueront également sur le long terme une économie dans le budget mensuel ! Le zéro déchet demande souvent un investissement pour commencer mais permet de réduire certains achats récurrents.

3/ Remplacer l’essuie-tout lavable par sa version zéro déchet

Nous sommes nombreux à utiliser de l’essuie-tout au quotidien sans vraiment nous soucier de son impact. Sa version lavable est toute aussi pratique, et réutilisable à l’infini car les feuilles passent en machine après utilisation 🙂

De quoi alléger sa poubelle sans changer de format ou presque !

A fabriquer si on a de bonnes bases en couture ou à acheter auprès d’une couturière zéro déchet 🙂

Mon rouleau a été confectionné par April Fabric.

4/ Un tote-bag toujours dans le sac

C’est vrai, le tote-bag n’est pas si écolo à cause de sa grande consommation d’eau au moment de la fabrication du coton qui le compose (et à cause des marques qui en usent et abusent en tant qu’objet publicitaire). Mais à l’origine, l’idée est bonne si on fait en sorte qu’elle fonctionne : si on refuse tous les sacs plastique réutilisables ou non que l’on nous propose car on n’oublie jamais son tote-bag ou son sac réutilisable, on tend un peu plus vers le zéro déchet !

Je suis sûre que vous avez un sac réutilisable, que ce soit un cabas ou un sac en tissus, que vous oubliez souvent 🙂 Gardez cet objectif en tête et vous réduirez un peu plus vos déchets à la maison !

5/ Des pailles en inox dans son sac à main en cas de verre surprise !

Vous sortez souvent le soir entre collègues ? Ou votre QG entre amis c’est le bar du coin ? Alors ce petit investissement peut vous intéresser ! De plus en plus de bars se mettent eux-aussi aux pailles en inox ou innovent et proposent des pailles en bambou ou en pâte alimentaire ! Mais si ce n’est pas systématique par chez vous, un lot de pailles vous suivra partout tant que vous ne les oubliez pas dans votre verre en partant 🙂

6/ Cosmétique zéro déchet

Un gel douche ou un savon, quelle différence ? Ça lave 🙂 Mais l’une des deux alternatives est zéro déchet ou presque !

Mais le savon a pour réputation d’assécher la peau et de tirailler à la sortie de la douche. Les savons saponifiés à froid (SAF) sont fabriqués comme leur nom l’indique à froid, ce qui permet de conserver toutes les propriétés nourrissantes et adoucissantes des huiles dans le savon. Les SAF sont donc une excellente alternative au gel douche et son tube plastique 🙂

Voici quelques marques que j’apprécie pour les valeurs et les compositions :

Mais si ma peau est sèche ? Les laits pour le corps ont également leur alternative zéro déchet ! Avez-vous déjà essayé les baumes solides pour le corps ? Ce sont des beurres végétaux et des huiles solidifiées qui fondent au contact de la peau et laisse un film crémeux.

Plusieurs marques proposent ces galets multi usages (corps, cheveux, visage, zones sèches …) :

Le dentifrice ou encore le déodorant ont aussi leur version solide et zéro déchet pour remplacer un maximum de tubes plastiques dans la salle de bain.

Tous les formats sur la photo ci-dessous sont des cosmétiques courants mais en version solide, et suppriment une bonne partie du plastique de la salle de bain. Saurez-vous deviner quels produits se trouvent sur la photo ? 🙂

Voici la liste des formats solides de la photo :

7/ Règles zéro déchet

Vivre ses menstruations en gagnant en confort et en réduisant ses déchets, c’est possible !

Les culottes menstruelles se font leur place auprès des femmes et proposent enfin des alternatives aux serviettes hygiéniques bourrées de produits chimiques, parfois étonnants (pesticides …).

La culotte menstruelle est conçue pour garder au sec toute la journée sans changement de protection et se rince à la main avant d’être passée en machine. Elles permettent de supprimer de nombreux déchets pendant la période menstruelle 🙂

De plus en plus de marques se lancent et proposent différents modèles en fonction des flux et des mensurations de chacun.

Attention à ne pas vous faire avoir par des commerçants peu scrupuleux au moment de l’achat. Face au succès de ces nouvelles protections, de nombreuses arnaques ont vu le jour. Sans bouger de chez elles, certaines personnes choisissent et personnalisent des produits via Ali Express pour un coût souvent dérisoire, puis ouvrent une vitrine en ligne sur laquelle le consommateur achète à un prix bien plus élevé que sur Ali Express. Le commerçant de la vitrine en ligne commande ensuite sur Ali Express et renseigne l’adresse postale du client. C’est comme si vous payiez quelqu’un pour commander à votre place sur Ali Express, en lui offrant un bénéfice sur la vente. En fonctionnant comme cela, le commerçant ne gère aucun stock et économise ainsi beaucoup d’argent. Mais ni la qualité ni l’efficacité ne sont au rdv en général. C’est ce que l’on appelle du dropshipping. Si vous avez un doute sur un commerçant, vérifiez plusieurs points avant d’acheter :

  • Le site a-t-il une rubrique « mentions légales » ? La plupart des revendeurs mal intentionnés sont des amateurs et ne respectent pas cette obligation de transparence.
  • Le site est-il hébergé sur Shopify ? C’est une plateforme de commerce en ligne très simple d’utilisation qui permet aux entreprises comme aux individus de monter un shop en ligne en trois clics. Et souvent, les commerçants qui adoptent le dropshipping agissent par opportunisme et vont au plus simple. Le but évidemment est de dépenser le moins d’argent possible dans le site de revente et dans le fonctionnement du commerce pour garder l’intégralité des bénéfices générés par le prix gonflé du produit.
  • Le site propose-t-il souvent des promotions spectaculaires (-50%, -70%…) ? Pour attirer les clients, ces commerçants proposent des réductions tout l’année et manipulent le consommateur en lui faisant croire qu’il réalise une bonne affaire.
  • Enfin, dernière vérification à faire en cas de doute : téléchargez une image du site de vente et lancez une recherche sur Google Images. Les commerces de dropshipping vont souvent récupérer les photos Ali Express pour leur vitrine en ligne et ne font pas l’effort d’organiser un shooting pour les produits. Donc la recherche Google Images vous aidera à retrouver le vendeur initial du produit sur Ali Express ou autre.

Voici les marques que j’ai testé et qui proposent des culottes menstruelles de qualité, avec la véritable volonté de proposer un produit sur le marché, sans dropshipping :

Autre alternative aux culottes menstruelles : les serviettes hygiéniques lavables (SHL) ou la cup menstruelle.

8/ Vaisselle zéro déchet

Pas besoin de liquide vaisselle pour laver efficacement ! Le savon de Marseille dégraisse parfaitement et s’utilise simplement en frottant l’éponge sur le bloc de savon. C’est une alternative écologique car le vrai savon de Marseille ne contient pas de substances nocives pour la santé et l’environnement, et il produit peu de déchet s’il est acheté en vrac ou en grande quantité.

Autre déchet qui peut être évité : les éponges traditionnelles (face jaune et face verte que l’on trouve en grande surface). Elles sont souvent en mousse de résine, un dérivé du pétrole, et elles contiennent de nombreux produits chimiques pour leur donner leur couleur et leur résistance. Elle est à usage unique, on la jette quand elle se détériore et elle n’est pas biodégradable, notamment à cause de la colle résistante à l’eau qui est utilisée. Pour une simple éponge qu’il est recommandé de remplacer chaque semaine pour ne pas devenir un nid à bactéries, le bilan est lourd. Supprimer son utilisation constitue donc un geste impactant pour alléger son empreinte 🙂

L’éponge traditionnelle peut être remplacée par sa version fait main en tissus recyclés : le tawashi. C’est très simple de les réaliser avec des chutes de tissus, de collants etc … Et pas besoin de notions en couture pour le réaliser ! De nombreux tutos circulent sur internet, et on peut aussi en trouver en vente sur Etsy ou Vinted 🙂

Il existe également des éponges lavables, inspirées de celles que l’on trouve dans le commerce. J’utilise un modèle double face de chez Papa poule mama cool, la prise en main n’est pas évidente au début car l’éponge ne reprend pas sa forme comme une éponge du commerce qu’on étreint et relâche, mais on prend l’habitude et la vaisselle est lavée correctement 🙂

Pour les plats incrustés, le tawashi ou l’éponge lavable ne suffisent pas toujours. Une autre alternative à l’éponge traditionnelle existe : la brosse vaisselle. Cet accessoire est durable et nos grands-mères l’utilisaient avant nous. La brosse permet de frotter les casseroles et les plats plus efficacement qu’une éponge 🙂

  • Brosse vaisselle disponible dans certaines grandes surfaces ou dans les magasins bio

9/ Privilégier l’occasion au neuf

De nombreux produits peuvent être achetés de seconde-main grâce aux plateformes de vente en ligne qui permettent aux particuliers d’entrer en relation.

En choisissant le seconde-main au neuf, vous donnez une seconde vie aux objets au lieu de les jeter et vous participez à une consommation plus raisonnée 🙂

Voici quelques plateformes bien pratiques :

  • Ebay, site d’enchères entre particuliers pour de nombreux objets du quotidien (vêtements, électroménager, etc …). Attention à filtrer votre recherche pour rester sur des ventes entre particulier, il y aussi de nombreux commerçants inscrits sur cette plateforme.
  • Le bon coin, le site de référence pour les ventes entre particuliers, on y trouve tout.
  • Vinted pour la mode et la déco.
  • Back market pour l’électronique : téléphones reconditionnés, tablettes, ordinateurs …
  • Emmaüs, pour chiner en soutenant une association humanitaire.
  • Les vides greniers pour chiner à côté de chez soi.
  • Violette sauvage, les vide-dressings à Paris et dans les grandes villes françaises. Le bon plan où on trouve de belles pièces à prix cassés auprès de particulières ou de blogueuses 🙂

10/ Acheter durable et utile

Eloignons-nous un tout petit peu du zéro déchet pour parler consommation et choix plus globalement 🙂

On ne se rend pas toujours compte de sa consommation et du budget alloué à nos dépenses superflues. De mon côté, j’ai pris conscience de ma véritable consommation le jour où j’ai décidé d’en faire le suivi. J’ai utilisé l’application Bankin pour m’aider, ça m’a permis de connaître mes principaux postes de dépenses grâce à des graphiques montrant les dépenses par catégories, et j’ai pu aussi créer un budget par catégorie que je suis au fur et à mesure du mois. L’application permet également de calculer les économies réalisées et propose des conseils pour mettre de côté et mieux gérer son argent. Ce travail sur mes comptes et sur le budget alloué aux postes de dépenses m’a fait réfléchir sur ma consommation globale.

J’ai envie d’acheter durable et éthique, mais je n’en ai pas forcément les moyens. En revanche, acheter utile et limiter le superflu peut tout à fait me faire économiser tout en consommant mieux.

Décider d’entrer dans une démarche d’achats utiles uniquement réduit considérablement la consommation, voire la réduit à néant. Sans pour autant rendre la vie ennuyeuse, car en aucun cas l’achat utile s’applique aux dépenses sociales (sorties, verres…). Je parle ici du petit cadeau que l’on se fait à soi-même en début de mois ou sur un coup de tête en magasin ou en ligne. Beaucoup d’achat non réfléchis plombent un budget.

Aujourd’hui j’ai pris l’habitude de mettre en place un mécanisme de réflexion autour des achats :

  • Avant tout, j’ai réduit mon exposition aux offres commerciales : supprimer les alertes shopping par mail ou notifications sur le téléphone, désinstaller les applications de e-commerce, privilégier d’autres sorties à une sortie shopping etc …
  • Ensuite, quand je suis face à quelque chose que j’ai envie d’acheter, je me pose plusieurs questions : est-ce que cet achat répond à un besoin réel ou à une envie ? Est-ce que j’ai quelque chose de similaire ? Est-ce que je vais l’utiliser longtemps ? Est-ce un effet de mode ? Est-ce que c’est cool face à un autre achat qui nécessite d’économiser (voyage, projet …) ? Bien sûr, ces questions sont à adapter à la manière de concevoir les choses pour chacun 🙂 On n’a pas tous les mêmes priorités et c’est normal.
  • Quand ces questions ne m’ont pas tout simplement fait abandonner l’envie d’acheter, et que l’objet me plaît, j’essaie dans la mesure du possible de me laisser un laps de temps pour réfléchir. Si une ou deux semaines après, j’ai déjà oublié cet achat et il ne me trotte pas dans la tête, c’est que je peux largement m’en passer. J’essaie en général de me laisser un mois de réflexion, mais bien sûr parfois certaines choses sont achetées sans longue réflexion. C’est une démarche qui mène tout de même à pas mal d’économie d’une part, et à une réduction de sa consommation, donc de ses déchets d’autre part 🙂

11/ Privilégier le vrac quand c’est possible

Oui c’est vrai, l’offre vrac n’est pas encore aujourd’hui accessible partout. Mais de plus en plus de magasins proposent une sélection de produits secs en vrac, et le prix n’est pas forcément supérieur à celui des marques traditionnelles. Avez-vous déjà comparé ? 🙂

Dans le Leclerc où je vais, le vrac pour le riz, les pâtes et la semoule est moins cher que les marques que je prenais habituellement. Quand j’en ai la possibilité, je prends en vrac. Même si l’ensemble du panier n’est pas parfait, les efforts commencent là où on peut, à son rythme.

Il est vrai qu’on ne peut pas faire une généralité à partir d’un cas, et le vrac n’est pas la solution accessible pour tous, ni pour tout, mais la demande augmente et les enseignes font des efforts pour y répondre, petit à petit.

12/ Mettre un stop pub sur la boîte aux lettres

On ne demande pas les pubs que l’on récolte dans sa boîte aux lettres toutes les semaines, et on ne nous demande pas spécialement notre avis non plus pour les recevoir ! Ces déchets qui finissent tout de même dans NOTRE poubelle peuvent disparaître grâce à un stop-pub sur la boîte aux lettres !

A défaut de ne pas avoir le pouvoir d’interdire aux entreprises de continuer de distribuer des prospectus, autant refuser ceux qu’on peut 🙂

Téléchargeable ici.

13/ Mouchoirs en papier vs mouchoirs lavables (beurk !)

Les mouchoirs lavables dégoûtent pas mal de personne, peut-être parce qu’avoir ses microbes dans la poche quand on est malade c’est très mal vu !

Et ce n’est pas non plus franchement agréable de garder ses mouchoirs humides en vrac dans son sac 🙂

Il existe quand même une solution : la pochette imperméable. De nombreuses couturières proposent des mouchoirs lavables accompagnés de leur pochette de transport pour stocker les sales 🙂 Le tissu imperméable permet de la glisser dans son sac sans problème ! Si les lunettes de soleil rentrent dans le sac en été, pourquoi pas la pochette de mouchoirs en hiver 😀

14/ Un tup en verre pour remplacer le film alimentaire

Une batterie de tupperware de tailles différentes et le tour est joué, plus besoin de film alimentaire pour emballer les restes 🙂

On trouve aujourd’hui des boîtes de conservation en verre un peu partout. Choisissez-les adaptées pour le passage au four et au congélateur et vos boîtes serviront aussi de plat pour les plus grands modèles 🙂

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le faire circuler autour de vous 🙂

A lire sur le même thème : Offrir des cadeaux zéro déchet

zéro déchet

Cet article fait partie de l’événement « Green révolution » du blog http://www.humanite2.com

Découvrez les autres articles du carnaval 🎉

Daphnée – Positive n’ Green : 10 astuces pour faire des économies d’eau

Marion – Slow Green : Déconsommation et minimalisme

Anaïs – Naturofeel : Battle de fond de teint conventionnels vs éthiques

Anaïs – Ma Famille au végétal : 4 trucs et astuces pour une maternité plus green

Marine – Ekothropie : Faire ses courses en vrac

Marie – Marie Objectif Zéro Déchet : Les menstruations en mode zéro déchet

Léa – Le Comptoir Durable : 3 conseils pour un bébé écolo et zéro déchet

Nadia Sby (newsletter) – la consommation de viande et son impact sur la planète

Lilou – Move your earth : 6 déchets à supprimer facilement de votre cuisine

Anne-charlotte – Happychantilly : Le slow lifestyle pour protéger la planète et être plus heureux

Andréa – Bulledemarbre : Mes astuces et recettes antigaspi préférées

Margot – Bloomers.eco : Guide des matières écologiques vs conventionnelles

Morgane – Vivre au naturel : Pourquoi les récifs coralliens meurent-ils ?

Léa – Just a couple things : Cuisine Zéro déchet