mode éthique et éco-responsable
Beauté

Comment reconnaître un vêtement éthique et responsable ?

Dans cet article, nous allons évoquer les principaux critères pour se lancer dans la mode éthique et éco-responsable.

L’industrie de la mode produit d’importantes émissions de gaz à effet de serre et fait partie des industries les plus polluantes au monde. La fabrication des matières premières est la principale source de pollution avec les élevages nécessaires à la production de cuir, de laine, l’eau pour à la culture du coton et le pétrole pour les matières synthétiques, l’utilisation de solvants, teintures et autres produits chimiques dans les procédés. La question du transport se pose aussi avec les importations depuis l’Asie d’une grande partie de la consommation française de textile, et des livraisons qui s’effectuent en avion sur de très longues distances. Le lavage des vêtements n’est pas anodin non plus, car les matières synthétiques rejettent des microplastiques dans l’eau qui viennent ensuite polluer les sols et les eaux pendant des décennies. Et avec l’arrivée de la fast-fashion au début des années 2000, de nombreux vêtements finissent à la poubelle alors que les géants de la mode ne sont pas du tout bons élèves au regard de leurs méthodes de recyclage ou de seconde-vie pour les vêtements qu’ils produisent.

Ce constat n’incite pas vraiment à alimenter les finances des rois de la fast-fashion, et je me suis tournée depuis quelques années déjà vers la seconde-main pour renouveler mon dressing sans soutenir la production de textile.

Je m’intéresse aussi de plus en plus à la mode éthique, une mode pensée et réfléchie, qui oeuvre à la transformation de l’industrie textile. Cet article est sponsorisé par l’e-shop Fairytale.eco et je remercie chaleureusement Claire, la fondatrice de Fairytale pour m’avoir proposé d’écrire librement sur un sujet comme celui-ci !

Fairytale.eco est un e-shop de mode éco-responsable et éthique pour femmes, regroupant plus de 45 marques transparentes sélectionnées avec soin à partir de 2 piliers principaux : 

  • des matières éco-responsables telles que des matières naturelles, des matières biologiques certifiées et des matières upcyclées et recyclées
  • une production éthique avec des usines certifiées s’assurant du respect de leurs employés

Dans cet article, vous trouverez quelques astuces pour reconnaître facilement un vêtement éthique et y voir un peu plus clair dans cette jungle marketing autour du « green » et des vêtements dits éco-responsables.

Les matières écologiques, les labels, les lieux de fabrication des vêtements, la transparence des acteurs du marché, le prix, ce sont autant de critères à considérer pour évaluer une marque et faire ses choix en toute conscience.

Et selon le sondage lancé par Fairytale avec l’institut Toluna auprès de 1050 femmes françaises, 67% des interrogées possèdent au moins un vêtement éthique dans leur armoire, mais les principaux freins à l’achat de vêtements respectueux des hommes et de la planète sont le prix, le manque d’information et le fait de ne pas savoir où acheter. Claire, Paul et Xavier, à l’origine du projet d’e-shop Fairytale, ont pensé une boutique en ligne et ont également permis l’accès à de nombreuses ressources pour s’informer facilement autour des matières ou des labels et de ce qu’ils garantissent. Pour nous faciliter le choix lorsqu’on a la volonté d’acheter des vêtements de marques soucieuses de leur impact social et environnemental, l’e-shop Fairytale est soumis à une charte d’engagement stricte concernant les lieux de fabrication, les conditions de travail et les matières. Une grande attention est prêtée également à la transparence des marques référencées pour pouvoir réellement évaluer leur engagement. Je trouve la démarche vraiment intéressante avec l’ambition de créer un e-shop exigeant et engagé pour rendre la mode éthique et éco-responsable plus facile d’accès et moins obscure.

A quels critères prêter de l’importance lorsqu’on souhaite acheter des vêtements éthiques ?

Les matières éco-responsables

Le choix de la matière de ses vêtements pour réduire l’impact carbone de sa consommation est très important. Certaines matières textiles ont un bilan carbone plus lourd que d’autres, un vêtement éco-responsable doit respecter l’environnement et les animaux.

En dehors d’un bilan carbone catastrophique, certaines matières ne sont absolument pas conçues pour durer, bien au contraire. En proposant sans cesse de nouvelles collections, la fast-fashion n’a évidemment aucun intérêt à vous voir porter vos vêtements préférés pendant 10 ans ! Les matières écologiques n’ont pas pour vocation de vous vendre des vêtements à jeter la saison suivante et c’est un sacré avantage au regard de la gestion catastrophique du recyclage textile.

Mais il existe beaucoup de matières et il est parfois difficile de faire le tri. Vous trouverez un récapitulatif très clair des différentes matières à privilégier et de leurs avantages sur le site de Fairytale en cliquant ici.

Pour résumer, voici une liste non exhaustive des matières écologiques et de celles à éviter :

Les matières naturelles écologiques :

  • Coton biologique
  • Lin
  • Chanvre
  • Laine biologique ou certifiée
  • Cuir à tannage végétal

Les matières naturelles non écologiques :

  • Coton
  • Laine non certifiée
  • Cuir
  • Fourrure

Les matières synthétiques écologiques :

  • Tencel
  • Modal
  • Ecovero

Les matières synthétiques non écologiques :

  • Viscose
  • Elasthane
  • Nylon
  • Acrylique
  • Polyester
  • Polyamides

Les matières recyclées :

  • L’utilisation de matières pré-existantes dans la confection de nouveaux vêtements : Laine, Coton, Elasthane, Nylon, Acrylique, Polyester …
  • Les tissus de récup’

Si vous souhaitez en savoir plus sur les avantages des matières écologiques et pourquoi c’est mieux de les privilégier, l’article de Fairytale est vraiment très complet.

Les labels de la mode éthique et éco-responsable

Un label a pour objectif d’aider le client avec un signe distinctif clair pour le guider dans ses choix de consommation. Pour l’obtenir, il faut répondre à des exigences précises et souvent payer une contrepartie pour l’examen du dossier et crédibilité offerte par le label.

Cependant, tous les labels ne se valent pas et certains sont moins regardants que d’autres. Et il n’existe pas de label général qui comprend toutes les exigences que l’on peut avoir d’un vêtement éthique et éco-responsable. Certains labels garantissent le respect des animaux, d’autres les conditions sociales ou les matières.

Voici quelques exemples de labels et de ce qu’ils garantissent :

GOTS

  • au moins 95 % de fibres biologiques
  • réduction de la consommation d’eau et d’énergie lors des différentes étapes de la production
  • respect des conditions de travail définies par l’organisation internationale du travail avec inspections

Oeko-Tex

  • certifie la non toxicité du tissu (pas d’utilisation de produits toxiques ou potentiellement toxiques pour la santé)

Fair Wear Foundation

  • accompagne les entreprises à prendre en compte et à améliorer les aspects sociaux, notamment les conditions de travail sur les étapes de production

B Corp

  • Le score B Corp est calculé en fonction de critères environnementaux, sociaux et éthiques afin de déterminer si l’entreprise oeuvre pour le monde tout en développant ses activités lucratives.
  • Il faut au minimum 80 points pour être certifié et une réévaluation est à faire tous les 2 ans pour mettre à jour le score.

La liste est loin d’être exhaustive mais je préfère vous rediriger vers deux articles hyper complets sur le sujet pour consulter les listes complètes :

Le lieu de fabrication du vêtement

Lorsque l’on regarde le pays de provenance sur une étiquette, l’idée derrière est de se faire une idée des conditions de travail. La législation française ou européenne nous protège de nombreuses dérives que la production de masse peut engendrer. La mondialisation a permis à des marques de produire toujours plus en payant toujours moins en délocalisant certaines étapes de la fabrication textile. Malheureusement, les législations en place dans d’autres pays peuvent soutenir le travail forcé des enfants ou de communautés minoritaires, des salaires indécents ou des conditions de travail anormales et inhumaines. La mode éthique et éco-responsable doit respecter la planète mais les humains en coulisse également. Elle doit soutenir des conditions socialement acceptables pour l’ensemble des travailleurs sur la chaîne de valeur du produit fini.

C’est pourquoi le lieu de fabrication d’un vêtement est un critère important lorsqu’on achète un vêtement éco-responsable.

Le drame du Rana Plaza, usine insalubre qui s’est effondré au Bangladesh ôtant la vie de plus d’un millier de personne en 2013 a été un électro-choc pour de nombreux consommateurs, mais pas forcément pour les marques qui soutiennent ces injustices.

La réduction en esclavage du peuple Ouïghour en Chine en est l’exemple le plus insoutenable, nos géants européens de la fast-fashion ne semblent pas prêter la moindre importance à la vie des personnes qui travaillent pour eux et sans qui leur empire n’existerait pas.

Pour être sûr.e d’acheter un vêtement conçu dans de bonnes conditions, privilégiez la fabrication européenne ou provenant d’usines certifiées ou labellisées pour garantir le respect des employé.es.

Evidemment, certaines marques ne communiquent absolument pas sur la source de leurs approvisionnements ou sur les conditions de travail des usines à qui elles délèguent leur production. Parfois même, les marques ne savent pas du tout ce qu’il se passe dans leurs usines, comme si elles n’avaient aucune responsabilité dans ces étapes de la chaîne de valeur. Une marque éthique se doit d’être transparente sur ces données et offrir un maximum d’informations au consommateurs. C’est pourquoi la transparence des enseignes est un critère absolument incontournable dans le choix d’un vêtement éthique et éco-responsable.

La transparence

Une marque éthique s’engage et prend des décisions stratégiques pour proposer un vêtement éco-responsable. Et avec les dérives du marketing et certaines mentions bio ou équitables qui manquent cruellement de sincérité, une marque qui n’est pas transparente sur ses process ne peut pas gagner la confiance de consommateurs éclairés qui souhaitent mieux consommer.

C’est pourquoi la transparence, les engagements et les valeurs d’une marque sont des éléments à consulter.

Une marque n’est pas forcément parfaite, car de nombreux aspects doivent entrer en considération lorsqu’on réfléchit à la rentabilité d’un projet et il y a parfois des concessions à faire. Mais les axes d’amélioration sont aussi gages de l’engagement d’une marque, et avouer ses faiblesses n’est pas synonyme de perte de crédibilité au contraire.

Les dons, les engagements auprès d’associations, les efforts faits sur les packaging, la relocalisation de la production pour la rendre plus locale, la durabilité des vêtements ou encore les choix des partenaires sont des données très précieuses pour évaluer l’éthique et la bonne volonté d’une marque.

Fairytale prête également une grande attention à cette transparence, retrouvez le détail des critères de sélection du shop ici.

Ma sélection mode éthique et éco-responsable chez Fairytale.eco

T-shirt chiné coton bio – crocus brodée
Johnny Romance






Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *